• Sans_titre.jpgUne exposition d’objets au musée de Londres présente des pots empilés, dans un récipient d'eau, sur lesquels on peut lire sel, potassium, carbone, etc. En dessous du container d’eau, il y a une légende où on lit, “CECI EST UN ÊTRE HUMAIN.” Oui, matériellement parlant, ces choses sont les composantes d'un être humain. Pourtant la plupart des hommes soutiendraient que l’être humain est beaucoup plus que cela.


En effet, l'esprit de l’être humain aspire à la vérité, à la beauté, à la bonté, à la vertu et à l'amour. Découvrir ou réaliser ces choses nous donnent un sens profond d'accomplissement aussi bien que du bonheur et de la joie ; choses sans lesquelles la vie est vraiment vaine.
Il est aussi vrai que nous avons des désirs et des besoins matériels qu’éprouve notre personne physique, la partie de nous qui est effectivement sel, potassium, carbone, eau, etc...Nous aimons manger de la délicieuse nourriture. Nous voulons avoir une bonne santé physique. Nous cherchons un abri pour nous protéger des éléments et vivre dans le confort. Nous accordons de la valeur à l'argent et aux choses qui ont du prix. Nous cherchons de la compagnie. L'accomplissement de ces désirs nous apporte une satisfaction physique.
Au cours de l'histoire, les êtres humains ont recherché la connaissance tant dans leurs aspects physique que spirituel. Avec la science, nous sommes parvenus à comprendre de plus en plus la nature de notre univers physique. Cela a conduit aux avancées technologiques qui ont amélioré la qualité de notre vie matérielle. La religion et la philosophie nous ont donné une compréhension plus profonde de l'aspect l'intérieur ou spirituel de vie, en adressant des questions fondamentales telles que le sens de la vie, la voie de la bonté, l'existence et la nature de Dieu, les rapports humains, etc. Ainsi, la science d'une part, la religion et la philosophie, de l'autre, ont toutes été impliquées dans la poursuite humaine de la connaissance.
Au 20ème siècle, partout dans le monde, l'éducation a acquis un caractère plus scientifique et technique. Au cours de ce processus, le concept plus traditionnel de l'éducation, soulignant le développement du caractère de la personne en préparation pour la vie, a été de plus en plus marginalisé. Daniel Goleman, chercheur et auteur de l’ouvrage révolutionnaire l'Intelligence Émotionnelle, a écrit ce qui suit : “Nos écoles et notre culture font une fixation sur les compétences scolaires, ignorant l'intelligence émotionnelle, un ensemble de traits - certains pourraient l’appeler le caractère - qui importe énormément aussi pour notre destin personnel.”
Nous avons eu tendance à nous concentrer à développer l’acquisition de la connaissance, les compétences et les talents créatifs en négligeant les dimensions plus fondamentales consistant à apprendre à devenir bons. Cette exagération a eu comme résultat des personnes ayant de hauts niveaux de compétences professionnelles mais qui ne possèdent pas de normes morales proportionnelles à leur influence et responsabilité. Ainsi, avons-nous des informaticiens utilisant leurs connaissances pour créer des virus pour uniquement détruire les travaux de milliers d'ordinateurs ou des artistes très créatifs qui utilisent leurs talents pour propager l'exploitation sexuelle et la violence.
Le défi de l'éducation au 21ème siècle est de corriger le déséquilibre actuel. Négliger de le faire est en fait dangereux. Puisque notre capacité de contrôler et de manipuler notre univers physique augmente, il est plus que nécessaire de canaliser ce pouvoir par une plus grande moralité.
L'historien Arnold Toynbee l'a présenté comme suit : “Plus grand notre pouvoir matériel, plus grand notre besoin d’un sens spirituel et de vertu pour utiliser notre pouvoir à de fins bonnes et non pour le mal … Nous n'avons jamais été spirituellement géré de manière approprié notre pouvoir matériel; et aujourd'hui le fossé moral est … plus grand qu’il n’a jamais été à n'importe quel époque précédente.
Il n’est pas difficile de se rendre compte que la connaissance technique sans les conseils moraux est dangereuse. La connaissance du comment faire des armes nucléaires entre les mains de tueurs immoraux serait un désastre pour l'humanité. L'expertise médicale dans les mains de tortionnaires raffine leurs méthodes à un degré horrifique.
Un directeur d’école, ayant connu les camps de concentration nazis pendant le Deuxième Guerre Mondiale, a résumé ce point dans une lettre qu’il adresse à ses nouveaux enseignants chaque année :
"Mes yeux ont vu ce dont aucun homme ne devrait être témoin : les chambres à gaz construites par les ingénieurs lettrés, les enfants empoisonnés par des pharmaciens bien formées, les bébés tués par les infirmiers formés, les femmes et les bébés tués et brûlés par des diplômés de lycée et d’universités. Donc je me méfie de l'éducation.... Ma demande est : aidez vos étudiants à devenir humains. Vos efforts ne doivent jamais produire des monstres éduqués, des psychopathes qualifiés, des Eichmanns instruits. La lecture, l'écriture, l'arithmétique sont importantes seulement si elles servent à rendre nos enfants plus humains."
Si la connaissance et les savoirs transmis par l'éducation conventionnelle sont utilisées à l'avantage ou au détriment de la société dépend essentiellement du cœur et de la conscience de la personne instruite. Donc, l'éducation du caractère n'est pas seulement désirable; elle est absolument nécessaire.
La motivation la plus profonde pour agir moralement émane du cœur ; de façon plus précise, le cœur est la source de l'impulsion fondamentale pour la parenté. C'est ce qui motive une personne à désirer la joie d'aimer et d’être aimé, c’est la satisfaction de valoriser et d’être valorisé. L'amour et l’attachement décrivent un besoin humain non moins fort que le besoin pour la nourriture ou d’un abri. Les gens sont souvent effectivement disposés à renoncer aux deux derniers pour l'amour.

L'amour dans son vrai sens est moral par nature. Il exige l'action altruiste : donner, servir et se sacrifier pour son bien-aimé. L'amour est aussi éthique par nature, parce que l'on peut le réaliser seulement dans un rapport avec un autre être humain.

Le point de départ de l'éducation tient dans le développement du cœur de l'enfant en lui fournissant des expériences d'amour. Cela améliore le sentiment de sécurité et de valorisation de l'enfant, en faisant un solide fondement pour la croissance ultérieure et le développement. Puisque le cœur est le centre du caractère humain, la capacité de donner et recevoir l'amour est la manifestation ultime de la vraie maturité, au-delà de la connaissance académique.
Avec le cœur, le développement d'une forte conscience est aussi un aspect important pour construire le bon caractère. Alors que le cœur est la source de l'amour, nous pouvons considérer la conscience comme une boussole intérieure guidant l’amour d’autrui dans la direction de la bonté.
Les parents, les enseignants et les autres mentors exercent les fonctions importantes de guides et de modèles pour le développement de la conscience d'un enfant. L'école peut fournir une atmosphère de grand secours en créant une communauté morale dans laquelle les étudiants, les enseignants et les administrateurs scolaires collaborent dans l'harmonie et le respect mutuel. L'école profiterait aussi d'inculquer à chaque étudiant un sens de responsabilité partagée en vue de créer une culture morale.
Les Trois Buts Fondamentaux dans la Vie et de l'Éducation
Le contenu de l’étude est développé autour de l'idée seon laquelle il y a Trois Buts Fondamentaux dans la vie et à l'Éducation. Garder ces buts en tête oriente l'éducation à atteindre son but le plus profond : produire des personnes au caractère bien arrondi, capables et bienveillantes et qui sont une bénédiction pour la société.


Le développement d'un cœur et d'un caractère adultes est le premier but fondamental dans la vie et de l'éducation. Pourtant, ce n'est pas une fin en soi. De façon ultime, la finalité de développer le cœur et le caractère est d'obtenir une personne capable d'aimer de façon altruiste. Une personne adulte dans la vertu est une personne capable de relations affectueuses. Ces dernières sont les contextes plus élargis pour favoriser le développement et la croissance des êtres humains. Aider les gens à développer des rapports d'amour, surtout dans le contexte d'une famille, est le deuxième but fondamental de vie et de l'éducation.

Quand ces personnes développent leurs connaissances, talents et expertise technique, elles ont le potentiel pour contribuer davantage à la société. Avec la maturité et le sens de responsabilité sociale de telles personnes peuvent équilibrer leur désir naturel pour le succès personnel avec le plus grand but de servir la société. Une forte conscience et une capacité d'aimer bien développées apportent une contribution anoblissant la communauté humaine. Apporter une contribution à la société est le troisième but fondamental de vie et de l'éducation.

Les Trois buts de la vie :
1. La formation d'une personne de caractère adulte
2. L'établissement des rapports d'amour et de la famille
3. La réalisation d'une contribution à la société

La poursuite et l'accomplissement de ces trois buts de la vie ouvre la voie à des vies de valeur et productives. En façonnant notre système éducatif avec ces trois buts en tête, nous pouvons aider de jeunes gens à trouver la vraie satisfaction et l'accomplissement dans la vie ; ainsi ils peuvent réaliser leur plein potentiel comme des êtres humains.
Le programme d'études et les manuels Découvrir le Véritable Moi mettent l’accent sur le développement du cœur et de la conscience dans le cadre de l’accomplissement des trois buts fondamentaux dans la vie. Eduquer les enfants à devenir des êtres humains meilleurs et plus heureux est le but essentiel de l'éducation, même s’ils apprennent l'expertise technique dont ils ont besoin pour servir notre monde au mieux de leurs compétences. Découvrir le Véritable Moi cherche à corriger le déséquilibre dans l'éducation actuelle en concentrant une attention spéciale sur le développement de l'être humain intérieur dont le centre est le cœur et la conscience.
__

Bibliographie

Daniel Goleman, Intelligence Émotionnelle ( New York: Bantam, 1995)Arnold Toynbee La Civilization jugé (Oxford : la Presse d'Université d'Oxford, 1948).
Haim Ginott, Entre l'Enseignant et l'Enfant (New York : Avon, 1976).
Kathy Winings. Construire le Caractère par l’Apprentissage du Service (Chapel Hill, NC : Éditions Développement du Caractère, 2002).
David Kolb, Apprentissage Expérimental : l'Expérience comme la Source d'Apprentissage et de développement (Englewood Cliffs, New Jersey : Prentice-hall, 1984).